Gauche

 

 

AccueilNos OuvragesNos MultimédiaLa BoutiqueChroniques de Claude FayetteNos Articles en ligneInventaire des billets raresInventaire des petits numérosEst-ce un Bojarski?BilletophilieCalendrier bourses et exposNos Liens et Nos partenairesPour nous contacter sur nos produits ou pour toutes demandes d'information

 

 

Rechercher

 

 

 

 

La saga du 1000 Francs Déméter
Article précédent

Yves Jérémie, le 10/09/2015

Article paru dans le Bulletin Numismatique n°145 de la CGB

Dans le Bulletin Numismatique CGB N° 143, nous évoquions ce billet pour l'émission du 18.11.1943 (Fayette 40/40) et de la difficulté de trouver des billets au delà de l'alphabet 10272. Lors de la vente eBillets n°1 du 11 février 2015, un autre billet a retenu notre attention... et celle de 2 autres collectionneurs. Mais c'est la suite qui est intéressante.

BILLET PRéSENTé à LA VENTE

Lot 4010324 (Fay 40/33) du 19 aout 1943. 6 exemplaires dans l'inventaire.
Alph. D.7755 N° 828 état TTB+ prix de départ 350 € estimation 550 €. Prix atteint 2600 € plus les frais.
Pourquoi un tel écart alors que les prix étaient plutôt "calmes" lors des apparitions de ce billet en vente:
- D.7755-829 (son frère) - 216 € en 2003 chez CGB.
- L.7784-233 - 110 € sur internet chez CGB ?

Sont également connus : D.7755-830 (même série)-B.7760-164 - G7764-188 (inventaire Fayette) soit au total 6 billets.

CES 6 BILLETS ONT UNE HISTOIRE

Ils proviennent du célèbre hold-up de 1944 en gare de CLERMONT-FERRAND, appelé "le milliard du maquis" même si cela n'est pas tout à fait exact. Relatons ici brièvement les faits (pour plus de détails, le lecteur peut se reporter aux articles cités dans la bibliographie), et transportons-nous le mercredi 9 février 1944 au matin, et non le 6, un dimanche, comme indiqué par certains auteurs.

Ce jour là, la Banque de France, Imprimerie de CHAMALIERES, transporte en gare de Clermont-Ferrand 700 sacs de billets de 1000 francs DEMETER et quelques sacs de billets de 20 francs pour acheminement à Paris afin d'approvisionner les comptoirs de la région parisienne. Le type de ce dernier billet n’est pas mentionné, mais il ne peut s'agir que du 20 francs Pêcheur. Le chargement du wagon est terminé vers 17 heures et il est surveillé par 6 convoyeurs BDF non armés. Vers 18 heures, 3 convoyeurs partent diner, laissant leurs 3 autres collègues en surveillance.
Nota : 700 sacs pour un montant de 17 milliards (plusieurs tonnes de billets) sous la surveillance de trois hommes non armés et sans présence policière, cela semble bizarre. Vers 19 heures, nous sommes en hiver et il fait nuit, une camionnette avec 10 à 15 hommes armés de mitraillettes fait irruption et le transbordement commence, il durera 10 minutes :
- 40 sacs de billets de 1000 francs DEMETER soit 1.000.000.000 de francs
- 3 sacs plus 247 coupures de billets de 20 francs soit 3.008.540 francs. Les 247 coupures proviennent d'un sac éventré.

Dès le départ de la camionnette, la BDF est alerté. Il s'en suivra une enquête de police qui aura des conséquences tragiques. Le 14 février, lors d'un contrôle ciblé dans un bar, deux inspecteurs de police sont abattus, les deux tueurs seront jugés le 18 février et fusillés. Ce même jour, huit hommes sont appréhendés. Tous ce petit monde est maintenant, avec les complices, sous les verrous.

Où SONT PASSéS LES BILLETS ?

Pas bien loin de Clermont-Ferrand, mais la police se heurte, dans ses enquêtes, au mutisme de la population par peur de représailles. Des "caches" sont retrouvées mais ...vides. La police détermine que sur le milliard, seuls 750 millions sont parvenus à la Résistance. Devant cette évasion de 250 millions, la BDF songe à retirer toutes les coupures de 1000  francs DEMETER, mais cette opération est abandonnée car elle risque de nuire à la confiance attachée aux billets de banque.

De cette partie du butin (dont certainement nos 6 billets) des coupures apparaissent à travers la France: Paris, Arras, Bayonne...

Le 30 mars, le Ministère des Finances, dans un communiqué, indique que les coupures volées ne sont pas valables, ce que ne souhaitait pas la BDF (voir plus haut). Le Gouverneur de la BDF demande et obtient que "les porteurs de bonne foi soient indemnisés de la perte qui leur est infligée". Cette mesure concerne les alphabets 7755 à 7828 (voir l'avis ci-dessous).

Nota: cette prise de position est diplomatique et ne correspond pas aux dispositions légales. En effet, ces billets neufs dérobés AVANT leur émission car non entrés dans les comptes doivent être considérés sans valeur et, par voie de conséquence, non remboursables.

COMBIEN DE BILLETS RéCUPéRéS ?

Les alphabets 7788 à 7828 soit 74 alphabets de 25000 billets représentent 1.850.000 billets, un chiffre très largement supérieur au total du hold-up de 1 million de coupures et aux 250 millions disparus dans la nature. Il faut donc admettre que tous les alphabets et/ou toutes les lettres ne sont pas concernés. Quelques chiffres nous permettent de cerner ces billets "remboursables" :
- Avant le 30 mars1944 (avant l'avis) : 172 billets
- Jusqu'au 30 novembre : 2300 billets
- jusqu'à mai 1945 : 2131 billets
- Echange du 4 juin 1945 : 4926 billets soit au total moins de 10.000 billets.

Certainement que certaines personnes de "MAUVAISE FOI" ont préférées ne pas présenter leurs billets au remboursement.

éPILOGUE

Après ce hold-up, la BDF reprendra, à partir de l'alphabet 1921, l'émission du 1.000 francs COMMERCE ET INDUSTRIE interrompue en 1941. Ce billet sera, nous le pensons, lui aussi victime d'un hold-up en juillet 1944, dit de NEUVIC (2 milliards). En effet, il est probable que cette fois c'est cette coupure qui était visée. Le fait que le 1000 francs DEMETER n’ait pas été remis en circulation et la reprise des émissions de ce type 1940 laissent en effet à penser que l'approvisionnement (bien que nous n'avons pas trouvé trace du type de billet) objet du hold-up de NEUVIC concerne bien ce billet mais aussi des coupures de 500 et 5 000 francs. Les alphabets concernés pourraient être ceux des 17 mai, 1er et 23 juin 1944. Nous ne connaissons que quelques billets de l'émission du 17 mai et aucun pour les deux autres dates.

Maintenant, nous comprenons mieux l'intérêt porté au numéro 4010324 de la vente eBillets n°1. L'heureux propriétaire posséde donc un billet authentique, fabriqué par la BDF mais non émis, volé et mis dans la circulation et que la BDF remboursera aux porteurs de bonne foi. Ce fait semble unique dans l'histoire de l'Institution de rembourser un billet sans valeur. Ce billet n'a donc pas été présenté au remboursement. La BDF y gagna 1000 francs et notre collectionneur un billet historique.

Nota : Dans un autre cas, la BDF remboursera des billets qu'elle n'avait pas émis, mais cette fois, il s'agissait de faux billets tellement bien imités (affaire BOJARSKI) que les porteurs de bonne foi furent remboursés. Ainsi la BDF a certainement remboursé deux fois le même billet: une fois le vrai et une fois le faux, mais ceci est une autre histoire.


Yves JEREMIE

BIBLIOGRAPHIE :
Les cahiers anecdotiques de la Banque de France N°10
Maurice MUSZYNSKI Le milliard du maquis Numismatique et Change N°26 décembre 1975
Frédéric DROULERS Prélèvement FFI et ALLEMANDS... Numismatique et Change N° 318 Août 2001
Claude FAYETTE Les billets de la BDF et du TRESOR

 

Article précédent
Accueil > Articles
Les articles