Gauche

 

 

AccueilNos OuvragesNos MultimédiaLa BoutiqueChroniques de Claude FayetteNos Articles en ligneInventaire des billets raresInventaire des petits numérosEst-ce un Bojarski?BilletophilieCalendrier bourses et exposNos Liens et Nos partenairesPour nous contacter sur nos produits ou pour toutes demandes d'information

 

 

Rechercher

 

 

 

 

Au filigrane du temps
Article précédent

Claude Fayette, le 25/07/2009

Le temps est par définition insaisissable. Il file, il court, il passe, et nous autres, simples humains, essayons depuis la nuit des temps de le maîtriser. Pour certains, cette attitude peut rassurer l'état présent ou bien permettre de s'éloigner à pas lents d'un passé regretté.

Il faut cependant savoir fixer parfois ce qu'il est convenu d'appeler un point P ou un instant I. Il ne s'agit pas d'un arrêt ferme, mais juste d'une borne qui sert de repère et qui permet donc de se situer à un moment donné dans un lieu défini et dans des circonstances précises. Dans le même temps la vie continue et évolue et ce repère, aussitôt établi, est déjà devancé par de nouveaux repères à venir qui se fixeront à sa suite, un peu comme un mouvement perpétuel.
C'est ainsi que l'ouvrage La cote 2009/2010 qui vient juste de sortir n'est pas à considérer comme une fin en soi. Les informations et la documentation sont pérennes, mais les cotations citées sont un constat à un moment donné, actualisées selon les prix du marché et parfois insolites car liées aux découvertes que j'effectue dans le cadre de mes recherches. Tout est lié, et j'aime à répéter que malgré cette passion dévorante qui me fait avancer, je donne toujours priorité à la raison, à ce que je peux aujourd'hui appeler la sagesse.
Certes, bon nombre de professionnels ou de collectionneurs ont anticipé sur la valeur de tel ou tel billet à peine l'ouvrage annoncé. Des écarts plus ou moins significatifs de prix, toujours à la hausse, se constatent déjà sur certains catalogues. Mais il ne faut pas pour autant céder à la facilité et généraliser cette tendance. Il s'agit souvent de phénomènes isolés, où rareté et proposition de la dite rareté, permettent à quelques irréductibles de se lâcher sur cette envie irrépressible de posséder un élément exceptionnel de collection, et un prix même encore supérieur n'aurait peut-être pas freiné leur ardeur. La valeur de l'objet est indéniable, mais si d'aventure plusieurs mêmes exemplaires apparaissaient soudain, trouveraient-ils tous preneur au même prix ? C'est une des raisons pour lesquelles un ouvrage de cotations sérieux se doit avant tout d'être un ouvrage raisonné et je m'y emploie avec la plus ferme conviction.
Les achats chez des professionnels reconnus servent évidemment à l'élaboration de certaines cotations. L'étude minutieuse, en tout anonymat sur l'identité des acheteurs, des listes de ventes de la CGB et de NumisCollection, permet de mettre en exergue certaines raretés, d'analyser les achats, souhaits, recherches diverses et coups de cœur. Grâce à une connaissance toujours plus précise des préférences, les futurs ouvrages seront encore plus aboutis.
Je dois aussi éveiller quelques consciences d'internautes qui se voient proposer parfois de mirobolantes affaires. Internet est un outil exceptionnel mais il faut se méfier du fait que, contrairement au rapport que l'on a avec des professionnels patentés, le recours est parfois impossible en cas de non-satisfaction. Il n'est pas possible d'avoir le billet en mains avant l'achat et quelquefois, déçu de l'état du billet acheté il est impossible de l'échanger ou d'obtenir remboursement. Cela fait partie du jeu, mais chez des professionnels, dans des catalogues, ces inconvénients ne sont pas de mise.
Il est pleinement rassurant de savoir que le marché du billet est tenu par des gens sérieux et responsables qui défendent leur activité avec énergie et honnêteté. Ceux-ci vous garantissent l'authenticité du billet, l'échange ou le remboursement éventuel et bien évidemment l'établissement d'une facture qui protège totalement l'acheteur. Les conseils de toutes sortes accompagnent toujours l'achat et permettent ainsi à tout collectionneur débutant ou aguerri d'obtenir des renseignements précis sur la tendance du marché et les évolutions en cours.

La billetophilie se porte vraiment bien, et dans ce temps de crise, elle traverse, sereinement, les turbulences économiques. De nombreux billets rares sont en fortes progressions, c'est le cas de l'exceptionnel 1 000 Francs "Déesse Déméter" 1944, alphabet T.11867 n° 013 vendu sur catalogue par NumisCollection en mars 2007, 9 000 €, repris par le même vendeur lors de l'achat de la fameuse collection, qui trouve preneur en mai 2009 à 13 000 €, confirmant ainsi le prix de vente réalisé par l'exemplaire de la CGB en janvier 2008.

Les dernières ventes réalisées en mai 2009 sont significatives, entre autres:

Chez NumisCollection, ventes à prix marqués sur catalogue :
- 1 000 F Rose et Bleu de 1900 en TB à 2 950 €, les billets "Rose et Bleu" avant 1908 sont très rares.
- 5 000 F Flameng à 6 300 € en pr. SUP, difficile à trouver en bel état.
- 100 F Descartes "uniface" à 3 500 €, aucun 100 F Descartes ne comportait la moindre anomalie avant cette découverte.
- 500 F Pascal "tête-bêche" à 1 500 € en TTB+, billet coup de cœur, rare dans tous les états de conservation.
- 500 F PMC "filigrane coupé" en deux à 1 700 € en SPL, connu à seulement quelques exemplaires, valeur sûre.

Chez SOGEFI ventes sur offres : 500 F Pascal A.1 n° 25827 à 580 €, forte demande des A.1 50 F Quentin de la Tour, alphabet rare A.74 en pr. SUP à 975 €, la lettre A est de loin la plus difficile à trouver. Le même alphabet 74 en lettre B à 395 € en état TTB, l'alphabet 74 devient un classique de la collection.

Chez Antika : deux exemplaires du Berlioz W.306 à 550 € pièce, derniers Berlioz, plus gros numéros de contrôle.
- 50 Mark de la Sarre 2 400 € en NEUF, très peu d'exemplaires proposés à la vente.

La Maison Palombo : en ventes aux enchères, 200 F du 18 janvier 1849 "numéro manuscrit" adjugé 17 000 € plus les frais en état TB, Paris octobre 2008. Ce billet mérite d'avoir une référence qui lui est propre.

Chez CGB, ventes sur offres janvier 2009 :
- 20 F Chazal du 30 août 1871, 8 450 € en pr. NEUF, très peu d'exemplaires connus dans cet état exceptionnel.
- 5 F Noir du 18 novembre 1872, 2 850 € en SPL, plus bel exemplaire connu à cette date.
- 100 F "Rose et Bleu" 1907, 2 938 € en SUP, ces billets sont rares dans des états supérieurs.
- 5 000 F Flameng, 6 626 € en SUP, rare en bel état.
- 20 F Debussy alphabet B.26, 2 250 €, attention aux excès !
- 50 F Quentin de la Tour, alphabet rare E.74, 2 100 € restons tout de même prudent.

Tous ces prix sont à majorer de 10 % de frais.

Certains billets rarissimes proposés sur le catalogue de la vente sur offres du mois de juin devraient atteindre des records. Dans cet objectif de continuité la mise en chantier de l'ouvrage général est déjà en préparation et tous ces résultats de ventes, dont la traçabilité est incontestable, laissent déjà entrevoir de prochaines modifications.

Malgré la multiplication des listes, catalogues ou site d'enchères, il faut être conscient que pour un grand nombre de coupures, l'offre reste rare et la demande ne cesse d'augmenter.
Il s'agit donc d'un phénomène très sain et de plus les collectionneurs se spécialisent à présent dans la collecte de "petits billets" à prix très abordables comme c'est le cas du 5 Francs "Berger", 10 Francs "Mineur", 20 Francs "Pêcheur", 100 Francs "Sully", 10 Francs "Berlioz"… Ils sont tous promis à une évolution significative et au fil du temps, les raretés vont se préciser encore plus ainsi que nous le constatons pour le 20 Francs "Debussy" ou le 100 Francs "Delacroix", véritables collections dans la collection. Loin d'être épuisés ou essoufflés, les centres d'intérêt se multiplient et là encore le temps fera son œuvre, inexorablement.

La toute prochaine ouverture du musée du Papier monnaie français à Paris dans une prestigieuse ancienne succursale de la Banque de France sera un événement majeur dans le développement de notre collection. Les musées eux aussi sont une ponctuation du temps passé et de celui qui passe, donc de celui à venir.

Pour Rabelais, le temps mûrit toute chose et il est père de la vérité. Pour Bossuet, le temps découvre les secrets, fait naître les occasions et confirme les bons conseils. J'aime pour ma part dire qu'il existe deux sortes de temps, celui qui attend et celui qui espère.


Claude Fayette
Article paru dans la revue Numismatique & Change
de juillet 2009

Article précédent
Accueil > Articles
Les articles