Gauche

 

 

AccueilNos OuvragesNos MultimédiaLa BoutiqueChroniques de Claude FayetteNos Articles en ligneInventaire des billets raresInventaire des petits numérosEst-ce un Bojarski?BilletophilieCalendrier bourses et exposNos Liens et Nos partenairesPour nous contacter sur nos produits ou pour toutes demandes d'information

 

 

Rechercher

 

 

 

 

Spécimens et épreuves : le tonnerre de Dreux !
Article précédent

Max Régnier le 30/05/2011

Depuis de nombreuses années, mon ami Claude FAYETTE ne cesse d'attirer l'attention des collectionneurs sur l'exceptionnelle rareté de certains spécimens français. Pendant deux décennies, les prix sont restés stables, à des niveaux relativement bas par rapport aux spécimens étrangers. Certes, d'une vente à l'autre, de la C.G.B. à la maison PLATT sans oublier les lettres-listes de notre regretté Jean Paul Vannier, quelques uns de ces joyaux étaient régulièrement proposés mais ces billets ne semblaient intéresser qu'un petit cercle d'initiés. Les acheteurs ne se bousculaient pas et il n'était pas rare de voir les mêmes billets invendus d'un catalogue à l'autre. Cette situation serait elle définitivement révolue ?

La vente de la collection Odette DUVAL à Dreux le samedi 28 mai 2011 pourrait bien le laisser penser. A l'occasion de cette belle vente, organisée par Françoise BERTHELOT-VINCHON, tous les SPÉCIMENS proposés ont trouvé preneur, alors qu'une grande majorité de ces billets étaient collés sur carton à fenêtre, une présentation originale de la Banque de France mais qui aurait pu rebuter plus d'un collectionneur. Et pourtant, tous ces spécimens ont réalisé des prix supérieurs à la cote, excepté le 100 F Cézanne.
Mais surtout, des records historiques ont été réalisés:

Le SPÉCIMEN du 5000 F FLAMENG a été adjugé 22200 € frais inclus soit plus de 6 fois l'estimation, peut-être un peu volontairement basse, et plus de deux fois la cote du SPL !


  
Le SPÉCIMEN du 3000 F vert FILIGRANÉ a été adjugé 11040 € frais inclus soit plus de 3 fois l'estimation et presque deux fois la cote !


Le SPÉCIMEN du 1000 F COMMERCE ET INDUSTRIE, proposé pour la première fois en vente publique et sur catalogue et semblant totalement inédit en collection d'après Claude FAYETTE, a été adjugé à 4440 € frais inclus, soit plus de 8 fois l'estimation et presque 4 fois la cote !


Il semble que de nombreux amateurs (ou marchands ?...) aient pris conscience de l'urgence d'acquérir ces billets, anticipant une probable explosion des prix. Les prix importants enregistrés lors de cette vente peuvent certes laisser perplexes de nombreux collectionneurs, d'autres trouveront peut être que ces records sont insolents. Qu'ils consultent donc les ventes étrangères comme SPINK et ils constateront que nous sommes encore très loin des prix réalisés sur des spécimens étrangers. Tous les billets qui ont pulvérisé des records dans la vente DUVAL sont des documents d'exception, d'une intrinsèque rareté, même si la qualité n'était pas parfaite, pour certains d'entre eux.

Signalons par ailleurs que les épreuves présentées, filigranées ou non, ont elles aussi réalisé de très bons prix, notamment celle du 5000 F VICTOIRE type 1934 ( 3120 € frais inclus ) et celle du 20 F SCIENCE ET TRAVAIL adjugée à 1800 € net.
 
A l'aune de ces résultats et commentaires, il ne faudrait  pas considérer que le reste de la vente a été un échec. Nombreux étaient les amateurs de tous les âges et de toutes origines à avoir fait le déplacement. Les plus belles pièces de la vente furent souvent adjugées à des acheteurs anonymes au téléphone mais de nombreuses bonnes affaires étaient à la portée des collectionneurs moyens et débutants pour le bonheur desquels madame BERTHELOT-VINCHON avait constitué de jolis lots de billets modernes : lots de Voltaire, Berlioz, Delacroix, Pascal adjugés à des prix très raisonnables et avec de nombreuses bonnes surprises à la clé (petits numéros, alphabets recherchés, ...). Billets fautés, billets contresignés, variantes incontournables dans toute collection sérieuse (10 F Berlioz sans signatures par exemple), chacun pouvait trouver "le billet" de ses envies et de ses moyens. Seuls trois lots n’ont pas trouvé preneur. Au total, une belle vente et de très belles performances.
 
Les records de la billetophilie sont encore très loin de ceux de la numismatique mais force est de constater que de plus en plus d'amateurs sont désormais capables de proposer un prix d'exception pour un billet d'exception. Après le "coup de tonnerre de DREUX", le marché des SPÉCIMENS ne sera plus jamais le même. Qu'en sera-t-il des billets du 19ème siècle, dont certains n'ont pas été vus en vente depuis plus de 10 ans?... Ces billets qui manquent à presque toutes les collections sont encore trop souvent marginalisés et cependant les cotes sont largement perfectibles. Le musée du papier monnaie dont l'ouverture est programmée pour 2014 (voir article du PARISIEN en date du 26/5/2011), sera sans doute un événement déterminant dans la prise de conscience par le public qu'une partie de la collection fait désormais partie de notre patrimoine.
 
Notre collection est en plein essor, de nouveaux amateurs (et pas des novices...) arrivent chaque mois, les cotes et surtout les prix ne sont plus bloqués. En un mot : OSEZ !... avant qu'il ne soit trop tard. L'avenir nous appartient.


Max Régnier


Article précédent
Accueil > Articles
Les articles