Gauche

 

 

AccueilNos OuvragesNos MultimédiaLa BoutiqueChroniques de Claude FayetteNos Articles en ligneInventaire des billets raresInventaire des petits numérosEst-ce un Bojarski?BilletophilieCalendrier bourses et exposNos Liens et Nos partenairesPour nous contacter sur nos produits ou pour toutes demandes d'information

 

 

Rechercher

 

 

 

 

 

Accueil > Chroniques
 Chronique de Claude Fayette
  N°25 - Novembre 2021
Chronique précédente

 

FIN NOVEMBRE : LA COTE DES BILLETS, NOUVELLE ÉDITION...

Les petits numéros, les variantes, les inventaires, les découvertes, les trouvailles, les SLABS, les fautés ... la collection de billets de la Banque de France est vivante, et bien vivante !

Il n'y a pas de collection sans référence, sans classement et cotation. Depuis des décennies, Claude Fayette a pris en charge ce travail énorme, une dizaine d'ouvrages, un site internet, des CDRom. Il a réussi à structurer la collection, à mettre en valeur les différents types, à déterminer une échelle de rareté et de cotes. En 2019 il a accepté notre aide pour l'édition poche de La Cote des Billets, un ouvrage repensé plus précis et actualisé. Renouveler une institution n'est pas chose aisée et si le fond a été validé par les collectionneurs, la forme a été parfois moins bien perçue.

Fin novembre, vous pourrez découvrir la nouvelle édition de La Cote des Billets. Un format agrandi, une mise en page plus aérée, des cotes revues, des centaines de notes ajoutées. Cette édition est destinée à mieux répondre aux attentes des amateurs tout en apportant de nouvelles évolutions à la collection avec l'intégration des références Banque de France, des ajouts de cotes pour des lettres A, ou W, des informations inédites et de nombreuses données sur les trouvailles avérées.


LA COLLECTION EST BIEN VIVANTE, MAIS QUEL PEUT ÊTRE SON AVENIR ?

Nous pourrions résumer par : rattrapage en cours.


Depuis des années, nous insistons sur le fait que les billets de la Banque de France sont en retard par rapport à la plupart des grands pays de collection : retard sur les prix pour les raretés et les hautes qualités, retard sur les évaluations des états de conservation, retard sur les thèmes précis (petits numéros, fautés, numéros spéciaux).

La maturité d'une collection s'appuie sur deux axes : les collectionneurs qui doivent accepter que le marché est mondial et que les billets français sont appréciés (à leur juste valeur !) par de plus en plus d'amateurs étrangers qui n'hésitent pas à payer de vrais prix pour des raretés ou des états de conservation hors du commun ; et les professionnels qui doivent aussi accepter cette concurrence, être stricts sur les qualités, précis sur les descriptions, cohérents sur les prix.

Les résultats des ventes-sur-offres sont un bon reflet de la réalité du marché : les hautes qualités atteignent des prix de plus en plus en rapport avec leur rareté, encore faut-il que l'évaluation soit pertinente. L'arrivée des sociétés de "grading", qui garantissent un état de conservation, a changé la donne et - même si des erreurs subsistent - les prix sont bouleversés par cette garantie qui ouvre la porte aux amateurs étrangers, plus enclins à payer au prix fort une vraie qualité. Bien entendu, ces billets mis sous pochettes (SLABS) ne doivent pas exonérer les professionnels de décrire au mieux, et de la façon la plus objective possible, l'état de conservation. De leur côté, les collectionneurs doivent aussi savoir évaluer une qualité, sans chicanerie mais sans laxisme.

Ainsi, dès lors que vendeurs et acheteurs réussissent à s'accorder sur un état de conservation, le prix peut être établi, puis évoluer avec le temps et les préférences des collectionneurs.

Comparés à d'autres types de collection, les billets français sont rares mais la proportion d'amateurs est en rapport avec cette rareté, il n'y a pas pénurie mais pas non plus de stocks considérables. Il règne donc un certain équilibre qui maintient les prix à des niveaux raisonnables et une appréciation lente mais constante. Les spécialisations modifient parfois cet équilibre, les petits numéros, les lettres A, les variantes, les recherches par alphabets ou les qualités exceptionnelles, sont autant d'amplificateurs qui poussent les prix à des niveaux souvent surprenants. Cela participe aussi à l'intérêt de cette collection qui peut réserver, même à l'amateur éclairé, des surprises réjouissantes.

Cette nouvelle édition de La Cote des Billets est destinée à mieux appréhender ces évolutions, à mieux déceler les raretés de demain et à constituer une collection de qualité.

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Marc DESSAL


Chronique précédente